Nuisances animales
Imprimer

Nuisances animales

Certaines espèces d’animaux peuvent entraîner des nuisances dans notre ville.
En nombre trop important, les pigeons et les rongeurs sont sources de préjudices, comme la dégradation de bâtiments, et source de maladies. Ensemble, évitons la prolifération de pigeons et rongeurs.

Les  animaux errants et sauvages peuvent également causer des nuisances. Il faut adapter notre comportement pour éviter les désagréments.

Les déjections canines sont elles aussi un véritable fléau. Être propriétaire d’un animal, c’est être responsable : éduquer votre animal et ramasser ses excréments.

En tant que citoyen, luttons ensemble contre des nuisances animales.

Évitons la prolifération de pigeons et rongeurs

Lorsqu’ils sont trop nombreux, les pigeons et les rongeurs entraînent certaines dégradations :

  • Leurs déjections abîment les bâtiments et contiennent des germes de maladies transmissibles par contact ou inhalation.
  • Leur installation dans des lieux inappropriés peut détériorer voire boucher les gouttières et canalisations.
  • Ils peuvent être sources de nuisances sonores et olfactives.

 

Il ne s’agit pas d’éliminer ces animaux mais d’éviter leur prolifération, notamment en évitant de les nourrir.
(Les pigeons se reproduisent rapidement à raison de 6 à 7 pontes par an).

Animaux errants et sauvages

Le comportement à adopter envers les animaux errants et sauvages est encadré par le Règlement Sanitaire Départemental (RSD) :

  • L’article 26 indique qu’ « Il est interdit d’attirer systématiquement ou de façon habituelle des animaux, notamment les pigeons et les chats, quand cette pratique est une cause d’insalubrité ou de gêne pour le voisinage ».
  • L’article 96 explique qu’ « Il est interdit d’y jeter, déposer ou abandonner […] des graines, miettes de pain ou de nourriture quelconque tant sur la voie publique que sur les fenêtres, balcons et parties extérieurs des immeubles riverains ».
  • La section 4 appelle à lutter contre les rongeurs, les pigeons vivant à l’état sauvage, les animaux errants. L’article 119 rappelle qu’ « Il est interdit de jeter ou déposer des graines ou nourritures en tous lieux publics pour y attirer les animaux errants, sauvages ou redevenus tels, notamment les chats ou les pigeons ; la même interdiction est applicable aux voies privées, cours et autres parties d’un immeuble ».

 

Si vous nourrissez des animaux errants ou sauvages, vous vous exposez à une amende de classe 3 allant jusqu’à 450 €, prévue et réprimée par le RSD.

Les déjections canines : Être un propriétaire responsable

Pour contribuer à la propreté de notre ville et pour le bien-être de tous, chaque propriétaire de chien doit éduquer son animal et ramasser les déjections de son chien sur les lieux publics (trottoirs, chaussée, espaces verts, square…).

À cet effet, la ville met gratuitement à la disposition des propriétaires canins, quinze bornes Toutounet, contenant des sacs en plastique, d’usage simple, pratiques et gratuits implantées :

  • à la mairietoutounet1
  • place François Mitterrand
  • avenue du 8 mai 1945
  • place Henri Barbusse
  •  place Pietrasanta (centre culturel)
  • boulevard de l’Ourcq
  • place Wathlingen (Mail de l’Ourcq)
  • place François Mauriac (Boisparisis)
  • rue des Peupliers
  • square de Boisparisis
  • école Kergomard
  • résidence Octave Landry
  • parc Balzac
  • place de l’Église Saint-Martin
  • résidence du Poitou

 

Ces distributeurs sont remplis une fois par semaine.
L’usage des sacs est uniquement destiné aux déjections canines.
Les sacs doivent être jetés dans les poubelles (et non dans les caniveaux).

 

Un arrêté du maire prévoit désormais une amende de 11 euros à l’encontre des propriétaires ne ramassant pas les déjections laissées par son animal sur les trottoirs ou les pelouses publiques. Une verbalisation qui sera effectuée par les agents de la police municipale.

toutounet2

ATTENTION AUX MOUSTIQUES

Pour éviter la prolifération de moustiques, il convient de ne pas laisser l’eau croupir.
Il est conseillé à chacun de prendre des mesures simples comme :
-Se débarrasser ou nettoyer régulièrement tout objet qui pourrait contenir de l’eau dans un environnement extérieur (bacs, bidons, bâches, poubelles à ciel ouvert, brouettes, assiettes sous les pots aux fleurs…)
-Évacuer l’eau qui s’accumule dans les gouttières
-Changer l’eau des vases à fleurs au moins une fois par semaine

LUTTER CONTRE LES CHENILLES DESTRUCTRICES DE BUIS

Actuellement présente sur la ville, la Pyrale du buis est une chenille verte qui dévore le feuillage et jeune pousse de buis jusqu’à la mort de la plante. Cette espèce vorace n’est pas dangereuse pour l’homme mais provoque des dégâts importants sur les végétaux.

Sa présence peut se détecter grâce à l’existence de fil de soie qu’elle tisse sous forme de toile sur la plante. Il est conseillé aux jardiniers et toute personne possédant du buis de rester vigilant en inspectant régulièrement le feuillage.

Dès la détection de la chenille et pour éviter la détérioration de la plante, il faut traiter le problème rapidement avec du Bacille de Thuringe ou un insecticide adapté