Actu

41
Samedi 18 mai, les Villeparisiens sont venus nombreux fêter les beaux jours au stade Delaune.
facebook

Des animaux, de l’art créatif, des jeux en nombre, du jardinage ou quelques tours d’un manège écolo : il y avait de quoi passer un bon moment convivial en famille samedi 18 mai 2019 au stade Delaune. Pour sa troisième édition, « Butinez le Printemps » a fait le plein, célébrant l’arrivée des beaux jours… sous un soleil capricieux. Étaient notamment présents le maire Hervé Touguet, Dominique Fages, conseillère municipale chargée notamment des Animations, de nombreux élus de la ville, et le député Rodrigue Kokouendo.

0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-19
0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-08
0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-18

On aurait dit une place de village engazonnée, avec son échoppe de jus de pommes (broyées sur place dans sa presse à l’ancienne), son atelier maquillage, son stand de fabrication d’épouvantails en baguettes, rafia et tissus noué, son vendeur de barbe à papa. Un manège proposait une folle ronde, son gardien pédalant le faisant tourner à la seule force de ses jambes. Les parents d’élèves de la FCPE collectaient des livres d’occasion pour « Bibliothèques sans frontières »
La ludothèque étalait ses tables de jeux très variés, où se mesuraient enfants et adultes, et son labyrinthe en bois ouvert aux tout-petits. En face, la jardinerie Truffaut proposait d’emporter un géranium à planter dans un pot à décorer sur place offert par la ville. Plus loin, dans leurs enclos, biquettes, poules, lapins étaient très entourés par des petits citadins émerveillés. Un poney présent s’est rapidement prêté aux caresses des enfants.

0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-28
0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-12
0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-29
0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-33
0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-30
0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-04
0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-37
0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-23
0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-31
0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-27
0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-11
0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-01
0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-32
0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-07
0519-Villeparisis-Butinez-le-Printemps-35

162
jumelage-collégiens-allemand-2019
Du 13 au 17 mai, Villeparisis a accueilli des collégiens allemands de Wathlingen, ville jumelée. Ils ont notamment été reçus par le maire.

La semaine à Vlleparisis est passée vite pour cette délégation de collégiens allemands venus de Wathlingen, ville jumelée, accueillis au collège Jacques Monod, hébergés dans les familles villeparisiennes, avec le soutien de l’association Jumelage à l’Heure de l’Europe.
Arrivés le 13 mai, ils s’en sont allés le 17 mai, non sans avoir découvert la commune lors d’un rallye culturel, puis avoir visité Paris (la tour Eiffel, les bateaux mouches, Montmartre) et le château de Champs-sur-Marne (et son parc).
Mardi 14 mai, accompagnés de collégiens villeparisiens et de leurs professeurs, ils se sont rendus à l’Hôtel de ville à la rencontre du maire Hervé Touguet. Leur présentant l’histoire du bâtiment et le rôle des services municipaux, celui-ci les a d’abord menés au Guichet unique, lieu privilégié d’accueil du public.

jumelage-collégiens-allemand-2019

Le groupe s’est ensuite rendu en salle du Conseil municipal, puis en salle des mariages. Le maire a présenté Villeparisis, son évolution récente, comparant également les institutions municipales et les systèmes scolaires des deux villes jumelés. La visite s’est achevée sur une photo de famille dans la cour.

jumelage-collégiens-allemand-2019
jumelage-collégiens-allemand-2019
jumelage-collégiens-allemand-2019

64
Fablab-collège-Gérard-Philipe-2019
Férus de robotique, des élèves du collège Gérard Philipe se sont qualifiés pour un concours national.

Prochaine étape, le concours national, les 1er et 2 juin à Bordeaux. Passionnés de robotique, des élèves de 4e et de 5e du collège Gérard Philipe se sont brillamment qualifiés, après avoir concouru le 17 avril dernier au premier concours Robocup junior, organisé par le rectorat à la Cité des sciences (Paris).
Après avoir lancé un FabLab (laboratoire de fabrication) cette année dans leur établissement, ils ont souhaité se mesurer à d’autres collèges de la région (académies de Créteil, Versailles, Paris). Ils se sont présentés avec notamment leur robot hexapode interactif pour une performance créative : la charmante créature sait se baisser, se relever et changer de comportement. Elle réclame même des caresses.
Le jury en a été séduit puisqu’il a classé deuxième (sur 25) l’équipe villeparisienne ayant présenté le prototype quadrupède. Une deuxième équipe du collège Gérard Philipe participait au concours avec son robot Tito. Elle a remporté le quatrième prix de la même Ligue On Stage.

Fablab-collège-Gérard-Philipe-2019
Fablab-collège-Gérard-Philipe-2019

40
conservatoire-graine-musiciens-2019
Mardi 14 mai, le conservatoire municipal présentait son concert « Graine de musiciens » dans la salle polyvalente de la Maison Pour Tous.

Pour beaucoup de ces enfants, après juste quelques mois de pratique de l’instrument, c’était-là une première occasion de joueur en public. Mardi 14 mai 2019, le conservatoire municipal a présenté sa soirée « Graine de musiciens » dans la salle polyvalente de la Maison Pour Tous.
Accompagnés par des professeurs bienveillants, les artistes en herbe se sont produits devant une salle comble remplie de parents attendris, jouant notamment de la trompette, de la flûte traversière, de la guitare, du violon, de l’accordéon, du violoncelle.
En solo ou à plusieurs, ils ont interprété quelques morceaux bien connus (« Frère Jacques », « Promenons-nous dans les bois », « À la claire fontaine », « La souris verte »), mais aussi du Beethoven, des œuvres d’artistes plus contemporains ou des musiques traditionnelles.

conservatoire-graine-musiciens-2019
conservatoire-graine-musiciens-2019
conservatoire-graine-musiciens-2019
conservatoire-graine-musiciens-2019
conservatoire-graine-musiciens-2019
conservatoire-graine-musiciens-2019
conservatoire-graine-musiciens-2019
conservatoire-graine-musiciens-2019
conservatoire-graine-musiciens-2019
conservatoire-graine-musiciens-2019
conservatoire-graine-musiciens-2019
conservatoire-graine-musiciens-2019

83
Les Citadines : Troc aux Plantes de Printemps 2019
Le Troc aux Plantes de Printemps, de l’association Les Citadines de Villeparisis, s’est déroulé samedi 11 mai 2019 au Mail de l’Ourcq.

Des végétaux et de la bonne humeur étaient au programme du traditionnel Troc aux Plantes de Printemps. Organisé par l’association de retraités actifs Les Citadines de Villeparisis, ce rendez-vous a permis aux jardiniers – néophytes, amateurs ou confirmés – d’échanger des plantes mais également des conseils de jardinage.
Samedi 11 mai, les bénévoles s’étaient installés au Mail de l’Ourcq, devant le marché couvert. Sur leurs étals, ils proposaient plantes, fleurs, boutures et bulbes mais également des discussions passionnées et des conseils avisés. Cet après-midi convivial a ravis les visiteurs dont Hassan Fere, maire adjoint chargé notamment des Espaces Verts et des Espaces Naturels, et Dominique Fages, conseillère municipale déléguée notamment à la Vie Associative.

Les Citadines : Troc aux Plantes de Printemps 2019
Les Citadines : Troc aux Plantes de Printemps 2019
Les Citadines : Troc aux Plantes de Printemps 2019
Les Citadines : Troc aux Plantes de Printemps 2019
Les Citadines : Troc aux Plantes de Printemps 2019
Les Citadines : Troc aux Plantes de Printemps 2019
Les Citadines : Troc aux Plantes de Printemps 2019
Les Citadines : Troc aux Plantes de Printemps 2019

Prochain rendez-vous organisé par Les Citadines : La Fête de la Musique intergénérationnelle, jeudi 13 juin 

50

La Chambre régionale des comptes (CRC) d’Île-de-France a étudié la situation financière de Villeparisis sur les exercices 2011 et suivants. Délibérées le 3 octobre 2018, leurs observations sont très satisfaisantes. Elles soulignent le dynamisme économique certain de la commune malgré la baisse des dotations versées par l’État dès 2014. La CRC indique notamment que la ville assure le financement des dépenses d’équipement « dans des conditions économiques satisfaisantes ».

UNE SITUATION FINANCIÈRE SAINE

« Les principaux indicateurs financiers attestent de l’aisance de la commune qui s’est encore accrue depuis son entrée récente dans des Établissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI). »
Depuis le 1er Janvier 2016, la ville de Villeparisis a intégré la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France (CARPF), territoire regroupant 42 communes et 350 000 habitants.

UNE CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT IMPORTANTE

« La Capacité d’autofinancement (Caf) brute (qui est un indicateur de bonne santé de la commune) a atteint 7,95 M€ en 2016, soit plus de 25% des produits de gestion ». En résumé, cet excédent permet de financer les investissements (dépenses d’équipements) dans de bonnes conditions et de rembourser la dette existante.

« La Capacité d’autofinancement (Caf) nette, qui s’est au demeurant fortement accrue depuis 2015, a même permis de couvrir à elle seule le montant des dépenses annuelles d’investissement ». Autrement dit, « la commune n’a pas eu besoin de recourir à l’emprunt pour assurer le financement de ces dépenses d’investissement  et a donc pu engager un processus de désendettement ».

L’encours de la dette communale a diminué de 34,4% entre 2011 et 2016.

 

L’INVESTISSEMENT FINANCÉ PAR L’ÉPARGNE

L’excédent brut de fonctionnement (EBF) est le résultat comptable de l’opération suivante : somme de l’ensemble des recettes/produits – somme de l’ensemble des charges. Il permet de dégager une épargne pour les besoins d’investissement et maîtriser la gestion courante. Cet EBF est en progression depuis 2014. En effet, le montant des produits ou recettes (telles que les ressources fiscales, les dotations de l’État, les subventions/participations, etc.) et les charges (impôts et taxes, charges de personnels, achats, etc.) ont diminué au cours de cet exercice (point de départ de l’entrée de Villeparisis dans des EPCI). Ainsi, la commune a su maîtriser sa gestion courante et dégager une épargne suffisante pour faire face à ses besoins d’investissements et au remboursement du capital de la dette.

 

BAISSE DU TAUX D’IMPOSITION

La situation financière saine de la ville (capacité d’autofinancement importante et progression de l’excédent brut de fonctionnement) a permis de modifier les taux d’imposition en 2016 et 2017 et le taux de la taxe d’habitation est devenu « inférieur à la moyenne de la strate ».
En effet, en 2016, la baisse de la taxe d’habitation (TH) a été de 16% (en passant de 23,21 % à 19,50 %). En 2017, la baisse portait sur la taxe d’habitation et foncière. Le taux communal de Taxe d’Habitation aura baissé de 17 % (passant de 19,50 % à 16 %) et le taux de Taxe Foncière aura baissé de 4 % (25,12 % à 24,12 %).

UNE BONNE INFORMATION BUDGÉTAIRE ET COMPTABLE

Concernant la « qualité de l’information budgétaire et comptable », le site Internet de la ville s’est mis en conformité avec la règlementation en publiant différents documents budgétaires à l’attention des Villeparisiens (cliquer ici).
La Chambre régionale des compte indique par ailleurs que la commune a sensiblement amélioré la qualité de l’information délivrée se mettant ainsi en conformité avec la réglementation en vigueur, notamment dans le rapport relatif à l’exercice 2018 et qu’elle s’est engagée à faire état de ces informations dans le rapport d’orientations budgétaires de 2019 », ce qui a été le cas lors du conseil municipal du 13 décembre 2018.

UN DÉSENDETTEMENT EN NET RECUL

Le financement des dépenses de fonctionnement a « atteint un pic en 2013 » mais, hormis cette année-là, la ville « n’a pas eu besoin de recourir à l’emprunt pour assurer le financement de ses dépenses et a donc pu engager un processus de désendettement ». L’endettement de la ville est donc en « net recul » : la dette de la ville a été réduite de – 51,70% de 2013 à 2018.
En  2016, l’encours de la dette s’élevait à « 408 € / habitant contre 1058 € / habitant pour la moyenne de la strate nationale de référence ». « Au regard des critères d’autofinancement et d’endettement, la commune se trouvait à la fin 2016 dans une situation favorable ».
Enfin, l’encours de dette de la commune ne présente pas de risque (puisque la ville n’a pas contracté d’emprunt toxique).

 

FIN DE LA DETTE DE LA SEMISIS

La Chambre régionale des comptes revient également sur la SEMISIS (Société d’économie mixte de construction immobilière) qui a financé la construction du Mail de l’Ourcq au prix d’un lourd endettement pour la ville puisque cette société a fait faillite, en 2008, avant le remboursement.  À noter que, de 1993 à 2004, Villeparisis, garante des emprunts de la SEMISIS a assuré le remboursement des emprunts de la SEMISIS.
En 2017, afin de procéder à l’apurement d’actifs relatifs à des immobilisations financières, la commune a admis en non-valeur une créance réputée irrécouvrable  de 10,3 M€ et la commune disposera à l’horizon de 2020 « d’un excédent d’investissement né d’une dotation complémentaire en réserve suffisant » pour procéder à l’admission en non-valeur de la dernière créance qui s’élève à 2 667 857,80 €.
Il s’agit de bien plus qu’une simple opération comptable car sans cette technique comptable, qui a permis de capitaliser (mettre en « réserve ») pendant deux exercices consécutifs les montants de ces créances, la commune aurait conservé une dette importante.

LA FISCALITÉ REVERSÉE

Le rapport revient sur l’intégration de Villeparisis à la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France qui « a eu pour conséquence une hausse sensible du montant de l’attribution de compensation reçue par la commune » et ce, en plus de la « dotation de solidarité communautaire » versée jusqu’en 2015 par la CCPMF.

DES ACTIONS AUX CONSÉQUENCES FINANCIÈRES COHÉRENTES

Des avancées substantielles ont été observées dans la gestion du service public de la jeunesse depuis 2016. Les effectifs sont maîtrisés et les compétences enfance-jeunesse ont été municipalisées.

 

LA MUNICIPALISATION DE L’OMJ (P 25 DU RAPPORT)

Le rapport revient également sur la municipalisation en 2014 de l’Office Municipal des Jeunes (OMJ) qui « paraît avoir induit les résultats attendus en termes d’efficacité du service rendu et d’économies de gestion ».
Le service public de l’enfance et de la jeunesse était autrefois exercé par l’OMJ et la commune subventionnait cette association à hauteur de 1,08 M€ en 2015. De plus, l’OMJ « bénéficiait d’avantages en nature et de la mise à disposition d’une partie de ses personnels, 15 animateurs en l’espèce ».

« La volonté communale » de la reprise des compétences de l’enfance et de la jeunesse a eu pour objectif « d’améliorer la cohérence de la politique éducative et socio-culturelle en unifiant son pilotage, de simplifier les démarches administratives pour accéder à ses services et de renforcer l’efficience de la gestion, les 30 agents employés en contrat à durée indéterminée par l’association ayant été intégrés au sein du personnel communal ».

LES CONSÉQUENCES

Suite à cette municipalisation, « la collectivité a fait état d’avancées qualitatives et financières en matière de gestion de ce service public » avec notamment la mise en place « d’une amplitude horaire plus étendue et des modalités de paiement élargies. L’offre de services a également été élargie avec la réouverture du Point Information Jeunesse (PIJ) et la mise en œuvre d’une action d’accompagnement scolaire ». La mutualisation des ressources humaines a permis de « gagner en réactivité et en continuité de service rendu aux administrés, en réaffectant de manière opérationnelle les agents ». « Dans le même temps, le redéploiement de plusieurs agents affectés à des fonctions administratives dans d’autres services communaux a permis à la collectivité de faire l’économie de recrutement externes. Par ailleurs, une part importante d’agents vacataires bénéficie désormais de contrat à durée indéterminée. »

En 2016, le bilan financier de Villeparisis a estimé à « 340 200 € les économies réalisées ». La fin du rapport précise que « La commune a bénéficié à titre de recette exceptionnelle, en 2017, d’un versement de 342 000 € correspondant au boni résiduel faisant suite à la liquidation de l’association. ».

 

DRH : DES EFFORTS À POURSUIVRE

MAÎTRISE DES EFFECTIFS
Concernant les ressources humaines, « l’effectif permanent de la commune s’établissait en 2017 à 366 agents toutes catégories confondues, ce qui représentait environ 352 équivalents temps plein. Les agents titulaires représentaient, en 2016, 82% de cet effectif permanent ». En d’autres termes, l’effectif communal est stable et pérenne. D’ailleurs, le rapport souligne la volonté de maîtriser la masse salariale alors que, en même temps, « les actions en faveur de l’enfance/jeunesse, le renforcement de la sécurité des habitants et la mise en œuvre de nouvelles manifestations festives à destination des familles » se sont fortement intensifiés.

PROBLÈME QUANT À L’APPLICATION DES 35 H
Soulignant que la situation budgétaire de la commune ne présente pas de risques particuliers, la Chambre régionale des comptes précise toutefois à la collectivité qu’elle dispose de marges d’améliorations de la gestion, particulièrement quant à la lutte contre l’absentéisme et quant à la durée annuelle du travail des agents, sous la durée légale. Cette situation résulte de protocoles conclus en 2000 et 2001. Toutefois, en 2016 la collectivité a instauré la journée de solidarité avec les personnes âgées.

LES RELATIONS AVEC LES ASSOCIATIONS ASSAINIES

Parallèlement à la municipalisation de l’OMJ, les relations avec les associations ont été assainies. « Conformément aux recommandations formulées par la Chambre lors de son précédent contrôle, la commune a conclu des conventions de partenariat triennales avec les associations […] notamment la Maison Pour Tous Jacques Marguin et le Centre Culturel Jacques Prévert. » De plus, « des dispositifs de contrôle du bon emploi de la subvention communale ont été mis en place comme la transmission par l’association à la commune du compte-rendu financier et d’activités annuel, des comptes annuels dans les six mois suivants la clôture de l’exercice ».

55
0519-ceremonie-8-mai
Au monument aux Morts place Henri Barbusse, on commémorait ce 8 mai la Victoire de 1945.

La pluie qui tombait ce 8 mai 2019 n’a pas entamé la solennité de la 74e cérémonie commémorant la fin du deuxième conflit mondial, organisée au monument aux Morts de Villeparisis. Elle était présidée par le maire Hervé Touguet, en présence de nombreux élus (dont Guy de Miras conseiller délégué aux Anciens combattants et Cérémonies patriotiques), de la sénatrice Claudine Thomas, du député Rodrigue Kokouendo. Le Conseil Municipal des Jeunes, le Conseil Communal d’Enfants, la police nationale, la police municipale et les pompiers étaient également représentés aux côtés des associations d’anciens combattants.

0519-ceremonie-8-mai
0519-ceremonie-8-mai
0519-ceremonie-8-mai
0519-ceremonie-8-mai

Pour le Comité d’Entente des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (CEACVIG), cette commémoration est l’occasion d’inviter les jeunes à œuvrer pour un monde de liberté, de fraternité et de paix. Cette paix et nos valeurs humanistes sont fragiles, a t-il été rappelé lors de cet hommage aux soldats, aux résistant, aux civils, aux martyrs des camps.
Dans son discours, le maire Hervé Touguet a lui aussi insisté sur la nécessité de transmettre aux enfants « l’envie de vivre ensemble, l’envie d’un avenir pacifique ». Après une pensée pour les combattants, pour les victimes de ce conflit, pour ceux qui ne sont pas revenus, il a redit que « la guerre est la pire façon de régler les problèmes. Il a fallu cette tragédie pour que les Européens s’assoient autour d’une table et décident de léguer à leurs enfants une terre de paix, de respect et d’honneur. Nous devons aux morts de continuer à bâtir cette Europe fraternelle pour laquelle ils se sont sacrifiés et pour laquelle tant de sang a coulé ».
La cérémonie s’est achevée par les dépôts de gerbes et la Marseillaise.

0519-ceremonie-8-mai
0519-ceremonie-8-mai
0519-ceremonie-8-mai
0519-ceremonie-8-mai
0519-ceremonie-8-mai
0519-ceremonie-8-mai

45
seniors : repas du 1er mai
Le printemps a été célébré mardi 7 mai lors d’un repas tout en vert et blanc à la résidence Octave Landry.
facebook

Près de 80 convives ont tenu à être présents mardi 7 mai à la résidence Octave Landry pour un traditionnel repas de printemps placé sous le signe de la convivialité et du muguet porte-bonheur. Dans une salle toute décorée en vert et blanc le maire Hervé Touguet en a profité pour souligner la richesse des manifestations à venir sur la ville.
Avant que les convives ne dansent toute l’après-midi au son de la musique de l’instrumentiste Didier Couturier, les convives ont pu déguster une salade exotique, suivie d’un saumon avec des pommes de terre grenaille, du fromage et une tartelette gourmande aux fruits.

seniors : repas du 1er mai
seniors : repas du 1er mai
seniors : repas du 1er mai
seniors : repas du 1er mai
seniors : repas du 1er mai
seniors : repas du 1er mai

41
Les jeunes du CMJ et de l’EMJ sont source de créativité. Les uns ont conçu les banderoles annonçant le Bric à Book 2019 et les autres réalisé la nouvelle fresque de l’EMJ.

En mars, les élus du Conseil Municipal des Jeunes se sont lancés dans la confection de banderoles pour annoncer la braderie organisée à la médiathèque du 1er au 22 juin 2019. Après avoir trouvé le nom « Bric à Book », deux séances auront été nécessaire aux jeunes pour réaliser les trois banderoles colorées qui seront installées sur la ville d’ici la fin du mois de mai.

CMJ : banderole Bric à Book
CMJ : banderole Bric à Book
CMJ : banderole Bric à Book
CMJ : banderole Bric à Book
CMJ : banderole Bric à Book
CMJ : banderole Bric à Book
CMJ : banderole Bric à Book
CMJ : banderole Bric à Book
CMJ : banderole Bric à Book
CMJ : banderole Bric à Book

La fresque extérieure de l’Espace Municipal des Jeunes a fait peau neuve grâce aux jeunes inscrits sur la structure. Dans un premier temps, les adolescents ont fait part de leurs idées à l’artiste villeparisien Morgan Charlery (qui a réalisé des fresques sur la Maison Pour Tous, l’école maternelle République et lors du Villepa’Créa 2018). Après cette première rencontre, six séances de peinture ont été organisées lors des vacances de printemps 2019. Équipés de combinaisons de peintre et de masques, les jeunes ont utilisé de la peinture en bombe et de l’acrylique pour colorer le mur, nettoyé au préalable, selon leurs idées. En résulte une fresque dynamique, à l’image de la jeunesse villeparisienne.

Fresque de l'EMJ 2019
Fresque de l'EMJ 2019
Fresque de l'EMJ 2019
Fresque de l'EMJ 2019
Fresque de l'EMJ 2019
Fresque de l'EMJ 2019
Fresque de l'EMJ 2019
Fresque de l'EMJ 2019
Fresque de l'EMJ 2019
Fresque de l'EMJ 2019
Fresque de l'EMJ 2019
Fresque de l'EMJ 2019

26

Après le lundi de Pâques, l’Établissement Français du Sang (EFS) manque encore de 10 000 dons de sang pour passer sereinement le mois de mai, rythmé par des jours fériés. L’EFS appelle à nouveau les citoyens à se mobiliser pour traverser cette période au cours de laquelle la collecte de sang sera fortement réduite, alors que les besoins des malades restent importants.

Suite à l’appel d’urgence lancé début mars, les donneurs de sang se sont largement mobilisés, ce qui a permis à l’Établissement français du sang de rehausser ses réserves d’environ 20 000 poches. Il en manque encore 10 000 à gagner d’ici fin mai, mois rythmé par de nombreux jours fériés qui ont un fort impact sur les réserves de sang : un jour férié est un jour sans collecte, qui fait donc perdre environ 10 000 poches de sang.
L’EFS appelle donc les Français à inscrire le don de sang à leur agenda de ce mois de mai. Pour aborder cette période sensible et pouvoir répondre aux besoins des malades, l’EFS invite les franciliens, y compris durant cette dernière semaine de vacances scolaires en Île-de-France, à s’engager, à relayer son appel et à encourager leur entourage à donner leur sang. Cela peut être l’occasion de découvrir l’expérience du don de sang pour la première fois ou de redécouvrir ce geste utile, citoyen et altruiste, qui sauve des vies.

Rappels sur les délais à respecter entre chaque don :
– Minimum 8 semaines entre 2 dons de sang total.
– Une femme peut donner son sang maximum 4 fois par an, un homme 6 fois par an.

Pour savoir où et quand donner rendez-vous sur dondesang.efs.sante.fr 

0519-don-du-sang