Tags Article(s) "tagué(s)" avec "Igor Stravinski"

Igor Stravinski

36
Centre culturel de Villeparisis 2019-20

Musique : « Le Sacre » de l’Orchestre national d’Île-de-France
Dimanche 24 novembre 2019 à 15h30
Au centre culturel Jacques Prévert
TARIFS : Plein tarif : 30€ / Adhérent : 20€ / Adhérent -18 ans : 10€ / Inclus dans l’abonnement
Durée : 1h45 environ avec entracte

Le chef d’œuvre de Stravinski

Direction : Tito Munoz
Violon : Caroline Goulding

Programme
Guillaume Connesson : Eiréné (8′)
Ludwig Van Beethoven : Concerto pour violon en ré majeur (42′)
Igor Stravinski : Le Sacre du Printemps (33′)

En 1913, c’est une détonation qui a lieu au Théâtre des Champs-Élysées quand est donné pour la première fois Le Sacre du Printemps, le ballet d’Igor Stravinski avec une chorégraphie du célèbre Nijinski. Scandale, huées du public, incompréhension générale : il est vrai que cette musique primitiviste va chercher au fond de l’humanité ce qu’elle a de plus primal. Il s’agit d’un rituel durant lequel une jeune femme est offerte en sacrifice à une assemblée d’hommes. Les rythmes sauvages, les polyrythmies incroyablement touffues de la partition en ont fait une des premières musiques de la modernité du XXe siècle. Un siècle plus tôt, c’est Ludwig van Beethoven qui faisait figure de moderne, même si son Concerto pour violon porte avant les traces du sublime et de la poésie. Dans le registre aigu si perché de sa sonorité, le soliste plane au-dessus de l’orchestre tel un funambule. Ses mélodies chantent bien loin de la masse humaine de l’orchestre, tel un héros romantique inaccessible.

En prélude à ce programme, Eiréné de Guillaume Connesson vient faire sa première française après une création au Concertgebouw d’Amsterdam en avril 2018. Eiréné fait référence à la déesse grecque de la paix : « J’ai voulu une étude du silence et des pianissimi. C’est un univers de touches de couleurs » dit le compositeur qui a toujours su orchestrer à merveille.