Siham Benamara, principale du collège Marthe-Simard

Après trois ans d’études et de travaux, le collège Marthe-Simard ouvre ses bâtiments définitifs ce mois de septembre.

Siham Benamara

Finis les préfabriqués provisoires (désormais enlevés) accolés au voisin Gérard-Philipe, quand 112 pionniers de sixième préfiguraient en 2018 ce qui allait devenir le troisième collège de Villeparisis. Près de 450 élèves font leur rentrée cette année, la capacité étant de 600 places.

"Près de 450 élèves font leur rentrée cette année à Marthe-Simard"

Principale de l’établissement, Siham Benamara a fait le « choix assumé » d’être là dès la création, elle qui était auparavant adjointe du principal de Jacques-Monod. L’aventure était intéressante : avec son équipe, développer des projets, accompagner les collégiens. Intégrer dans les préfabriqués trois générations successives, à mesure qu’ouvraient les niveaux, n’avoir qu’un nombre limité d’élèves, a permis de mieux les connaître. Ils étaient 309 l’an dernier.

Cette préfiguration a malgré tout déjà fait naître « une vraie identité Marthe-Simard », au point de faire dire à la principale que l’ouverture d’aujourd’hui n’est qu’une «deuxième étape», pas un commencement.

Pour cette rentrée, pour les années suivantes aussi, Siham Benamara entend placer les langues vivantes au cœur du projet éducatif. Dès 2018, une section bilangue allemand-anglais a ouvert pour ceux souhaitant commencer une deuxième langue dès le début du cursus. L’année suivante, c’était au tour d’une section espagnol-anglais. À ce jour à Villeparisis, cette dernière n’existe qu’à Marthe-Simard. «L’intérêt c’est de préparer les élèves à la poursuite de leurs études et de travailler avec les lycées du secteurs (Mitry-Mory, Chelles) qui proposent des sections européennes», autrement dit là où en plus des cours de langues, d’autres matières sont également enseignées en langue étrangère. D’autres développements pourraient naître plus tard.

Dynamique de partenariats

Autre préoccupation : l’accès à la culture sous toutes ses formes, en partenariat notamment avec les équipements villeparisiens «Avec les équipes enseignantes, nous souhaitons à terme proposer des classes autour de la musique ou des arts plastiques. Il faut qu’on puisse maintenant inscrire cet établissement dans une dynamique de partenariats et de projets.»

Cette année, deux classes de quatrième participeront au dispositif d'éducation à l'image en lien avec la municipalité et le Département. Un travail sera également mené avec une classe de sixième, l’Orchestre national d’île de France et le centre culturel Jacques Prévert pour une aventure musicale autour d'Olympe de Gouges, femme de lettres et pionnière du féminisme français. Viendra aussi la création de nouveaux clubs, au Foyer des élèves, qui s’ajouteront à ceux déjà existants (cinéma, photo, nature).

Avec ses partenaires (parents d’élèves, Éducation nationale, collectivités), le collège :

« est en construction autour de la réussite de tous les élèves, poursuit sa principale. Nous avons la chance d’avoir une mixité sociale. Notre mission à tous c’est d’œuvrer à cette mixité, c’est de permettre à des élèves qui ne sont pas forcément en réussite ou qui n’ont pas accès à énormément de choses de pouvoir y accéder, tout en faisant avancer des élèves qui seraient plus favorisés. Le tout autour de valeurs de solidarité, de respect, d’engagement, que l’école doit porter et qui doivent être portées par tous.»