Villeparisis à l’heure de l’Europe

Le second jumelage historique datant de 1976 naît d’une rencontre artistique. Dans les années soixante un sculpteur italien, Gaetano di Martino, s’installe à Marchémoret et fait venir du marbre des carrières de la région de Pietrasanta.

Dix ans plus tard Alice et Gérard Blanckaert rencontrent d’autres artistes dans son atelier qui les incitent à découvrir cette ville de Toscane de 26000 habitants. Séduits, dès leur retour ils encouragent la mairie à développer des liens avec la ville italienne. Les échanges démarrent en 1973 et la cérémonie de jumelage se déroule officiellement en 1976. Dans cette ville d’artistes, dotée d’un riche patrimoine culturel, le célèbre sculpteur colombien Fernando Botero possède une maison et expose régulièrement ses œuvres.

Le troisième accord avec une ville européenne concerne Maldon, au nord-est de Londres. Ce port de pêche compte 15000 habitants. Il se spécialise dans l’élevage d’huîtres et la viticulture. En 2016 pour fêter les 20 ans d’amitié entre les villes, une exposition à Villeparisis présente Maldon, sa géographie ainsi que les deux autres villes jumelles. À cette occasion Maldon offre des rosiers spécialement créés dans l’Essex pour l’occasion. En découvrant cette ville les Villeparisiens ont appris que l’un des vitraux de l’église de Maldon représente George Washington, le premier président des ÉtatsUnis. En effet son grand-père, Lawrence Washington est enterré dans la commune. Certainement un symbole de l’importance de ces échanges internationaux !

Parmi les moments phares de l’histoire de ces partenariats on peut citer une réunion en décembre 2008 des trois villes jumelles à Villeparisis. Depuis plusieurs années les jumelages avec l’Italie et l’Angleterre sont en sommeil, raison pour laquelle la mairie de Villeparisis leur a adressé plusieurs courriers depuis 2020. Si la ville de Pietrasanta n’a pas répondu, Maldon s’est manifestée. Villeparisis entend bien faire revivre ce jumelage.

Melgaço, une nouvelle aventure

Depuis un an et demi, Villeparisis travaille sur un nouveau jumelage avec la ville de Melgaço, au Portugal. Et pour cause, la ville compte plus de 300 familles portugaises, dont une grande partie provient de cette région du Portugal.

« Native de Melgaço, ce lien avec le Portugal me tenait à cœur. À travers ce nouveau jumelage, nous souhaitons multiplier les échanges entre élèves de primaire, de collège, mettre l’accent sur le sport, envisager aussi des échanges culturels et inter-générationnels », raconte Maria Alves, conseillère municipale, installée à Villeparisis depuis 1954 et cofondatrice de l’association « les Petits Coins du Portugal » en 1990.

Le travail de la direction de l’action culturelle, en charge des jumelages avec les différents services concernés, l’éducation, le sport et la culture, a permis de faire une série de propositions constructives à la ville de Melgaço qui souhaite aussi s’engager dans un partenariat durable. La signature du jumelage sera actée à l’automne à Villeparisis. Parmi les pistes de collaboration envisagées, on peut citer les échanges scolaires et concernant le domaine de la jeunesse.

« Melgaço souhaite créer un Conseil municipal des enfants. Ils comptent s’inspirer en partie de l’expérience du conseil villeparisien », explique Maria Alves.

Des jeunes de Villeparisis envisagent de travailler sur des capsules vidéo de présentation destinées aux jeunes de la ville portugaise. Ensuite les deux instances pourront travailler ensemble sur ce qui les relie et ce qu’elles souhaitent construire ensemble. Le sport devrait également être au centre de ce partenariat entre les villes. En effet, Melgaço dispose d’un grand complexe sportif, à 75% municipal et doit recevoir les équipes nationales à l’occasion des stages de préparation aux JO. Sa piste de cross-country (VTT) de montagne est réputée pour être l’un des meilleures d’Europe et l’on peut y pratiquer le rafting canyoning et l’hydrospeed (nage en eau vive).

De son côté Villeparisis, qui investit dans les équipements sportifs comme la réfection de la piste de roller, la création d’un terrain synthétique de football et la future piste de BMX, a obtenu le label « Terre de Jeux 2024 », ce qui en fait un partenaire privilégié pour partager des actions en la matière. Il s’agit de créer des ponts entre les sportifs de Villeparisis et de Melgaço, via notamment les associations, d’organiser des événements sportifs ou encore des tournois qui pourraient aussi associer Wathlingen. Les deux villes planchent sur des projets culturels et sportifs partagés.

Le Centre culturel Jacques Prévert pourrait accueillir une résidence artistique et culturelle, pour cultiver les échanges musicaux, des élèves du conservatoire pourraient se rendre dans la cité portugaise. Les liens passeront également par le film documentaire, Melgaço devrait être représenté à la célébration des 50 ans du Festival International du film de La Rochelle. Son fondateur Jean-Loup Passek, entretenait des liens très forts avec la cité lusophone, il a d’ailleurs légué ses fonds qui sont aujourd’hui exposés au musée du cinéma de Melgaço.

Pour retracer les liens que Villeparisis entretient avec le Portugal, Melgaço envisage aussi de consacrer un documentaire à la communauté portugaise de Villeparisis. En cette période de conflit avec l’Ukraine, ce type de relation intervilles et États revêtent une signification toute particulière, ils favorisent les liens entre les peuples et promeuvent une culture de la paix.

Infos pratiques

Les jumelages en date :

  • 1975 jumelage avec Wathlingen (Allemagne près de Hanovre)
  • 1976 signature d’une convention avec Pietrasanta (Italie près de Pise)
  • 1996 accord avec Maldon (Angleterre – sur la côte de la mer du Nord à l’est de Londres)
  • 2022 signature du jumelage avec Melgaço (Portugal – au nord du Portugal à la frontière espagnol)